Commentaire du contrat de social"dans un état...L'état

Classified in Religion

Written at on français with a size of 5,57 KB.

 
Rousseau, Du contrat social, livre 1 (1762)
«Pour Rousseau, l’histoire des sociétés humaines est Celle du développement des inégalités parmi les hommes et des injustices au Cœur de l’Etat. 
I – L’état de nature
Pour Rousseau, deux principes commandent cet état de nature : la conservation De soi ou amour de soi (# amour-propre) et la pitié. Contrairement à Hobbes, Rousseau ne pense pas l’homme à l’état de nature violent. Il est donc possible De fonder la vie sociale sur l’humanité des hommes et la responsabilité des Citoyens. L’homme est également perfectible, il est donc possible pour lui de Sortir de son état de nature mais ce n’est pas nécessaire.
Hobbes, dans Le Léviathan, confère à l’homme à l’état de nature un droit naturel illimité. Celui-ci fait qu’une opposition entre les hommes pour la possession des biens Apparaisse. Les hommes dans cet état sont des êtres achevés et l’Etat n’est Donc pas une nécessité. Si pour lui la société ne peut exister sans Etat, ce Dernier ne s’impose pas mais est au contraire le fruit du consentement des Individus qui décident de contracter un engagement par lequel ils se Dessaisissent de leurs droits et les transfèrent à un tiers, une autorité Souveraine, se prévenant ainsi du mal que les autres pourraient leur infliger Et se défaire de la crainte de la mort. Seul le souverain conserve son droit Naturel qui lui permet de jouer le rôle d’arbitre non soumis lui-même aux Règles qui gouvernent les contractants.
-Le hasard climatique, écologique a Poussé les hommes à s’unir et à fonder les premières sociétés. Est alors Apparue la première rivalité : l’amour-propre. Ce sentiment artificiel est Né de la comparaison avec les autres à partir d‘images de soi.


-La naissance de la propriété et la Rivalité économique notamment dans les domaines de l’agriculture et de la Métallurgie a provoqué l’accélération du processus d’accumulation inégalitaire Des richesses.
-L’invention de « faux Droits » par les riches pour se protéger. Le droit fonctionne alors comme Un outil de non-droits.


III – Que nous apprend le modèle de la nature rousseauiste ?
-L’homme naturel ne peut servir de Modèle à l’homme civil puisqu’il n’est ni rationnel, ni sociable, ni bon ni Mauvais. Et s’il n’est pas mauvais, c’est parce qu’il n’a pas l’occasion de L’être puisqu’il vit seul.
-L’homme à l’état de nature est un Homme heureux vivant en harmonie avec la nature. S’il sort de cet état de Nature, c’est contraint par le hasard qui le pousse sur la voie de la Sociabilité (contingence).
-Il y a deux perspectives, Finalités de l’évolution humaine :
·Morale, fondée sur l’éducation (Emile) qui a pour but la refondation Naturelle de l’homme ;
·Politique, qui suppose une seconde « dénaturation » de l’homme par le contrat social.
IV – Le contrat social
Rousseau Lie un pouvoir absolu (celui du peuple) à une liberté absolue (celle du Citoyen). Pour les accorder, deux idées essentielles :
-Il n’y a pas de pouvoir au-dessus Du peuple ;
-Le peuple est infaillible, du Moins sa volonté (« on veut toujours son bien, mais on ne le voit pas Toujours »).
Pour Rousseau, le fondement de l’Etat est purement artificiel. Tout pouvoir humain Doit provenir d’une convention passée entre les hommes (#explications Naturalistes ou divines). Un seul type de contrat est possible : L’aliénation totale de chacun à tous, garantissant ainsi la liberté et L’égalité. La loi redistribuera les droits et les biens à chacun selon ce qui Sera décidé par la volonté générale. Aucun type de gouvernement ni de modèle Économique ne s’impose à la République. Aucune limite externe ne peut Contraindre le peuple. Le peuple ne peut aller contre les intérêts du peuple et Si c’est le cas, c’est un peuple de fous.

II – L’origine des inégalités

Entradas relacionadas: