Homme primitif musique

Classified in Musique

Written at on français with a size of 6,39 KB.

 
  1. Comment la définir?

Récent, musique contemporaine, grand diversité de styles et genres. Aujourd’hui place bien établie.

En 1948, nait la première forme électroacoustique -> musique concrète avec le Club d’Essai de Pierre Schaeffer par la Radio Télévision Française.(du concret à l’abstrait/son->transformation->composition). 

Toujours éléments artificiels: soit sons électroacoustiques ou électroniques/ sons instrumentaux ou vocaux produit en direct par dispositifs de transformation. Travail de collaboration: compositeurs, musiciens, théoriciens, techniciens, chercheurs, instituons fournissant des moyens -> art difficile d’accès (car hébergement institutionnel).

C’est lieu de l’imagination, liberté de repenser les sons, créer nouvelles formes sonores -> expérimentation et production d’oeuvres d’art.

Fin années 50, encore appelé musique expérimentale (même si ses procédures réalisation bien établies).

La m.Electroacoustique fait l’objet d’enseignements en école de musique dans nombreux pays (France, Allemagne, Japon, Etats-Unis, Canada, les autres y sont venus progressivement).

Contact avec d’autres formes de musique (cine, théâtre, performance, ballets, musiques populaires…)

Années 80/90: les studios de musique électroacoustique tendance à disparaitre avec l’ordinateur.


  • Premiers studios: PARIS (1948, concr, electroacou,experim,acousmatique); COLOGNE (1951, electroniq); NY (1952, Cage, tape musique, music for magnetic tape); MILAN (1952, electroacous); TOKIO (1955, electroniq). Chacun va tenter imposer son propre style.
  • Comment est présentée au public: 1) fixe sur un support: disque, bande magnétique…; 2) musique électroacoustique + instrumental = musique mixte; 3) produite en direct au moyen de contrôleurs gestuels (Why dreams like a lose engine, SONAMI)

II. École de Paris: musique concrète

  1. Pierre Schaeffer (1910-1995)

Ingénieur et musicien. Idée intégrer le sons no musicaux (bruits) dans discours musique -> musicalise les bruits (idée début 20, Russolo)

Processus Schaeffer: musique concrète (en 1948): enregistrement de sons devant microphone. 

1950: Symphonie pour un homme seul -> 1ºoeuvre de musique concrète donnée en concert en France, collaboration Schaeffer et Henry.

1951: on lui propose jouer la musique concrète festival de musique contemporaine: L’oeuvre du 20º siècle -> Messiaen&Boulez invités. Idées transmises durante le stage aux étudiantes (1ºréflexion): 1) attention portée à la qualité du son, de l’objet sonore à l’objet musical; 2) privilégie l’enregistrement sons naturels 3) favorise l’interprétation de la diffusion de la musique électroacoustique.

1952: À la recherche des musique concrètes (journal) -> Esquisse d’un solfège concret (l’idée instaurer un véritable solfège de sons).

L’école de Paris se basse sur l’écoute. Travail d’écoute de sons et non pas un travail de machines.

1951 GRMC (groupe recherche musique concrète -> 1958: réorganise le GRM à la radio

1958: Études aux allures. Musique concrète, sources sons résonants, cymbals… puis évoluer.

1966: Schaeffer quitte le GRM, sortie de son essai Traité des objets musicaux. François Bayle prend les commandes du GRM.

1975: GRMC fait partie d’INA (institut national de l’audiovisuel).

Musique concrète devient électroacoustique-> de nos jours acoustique "musique des sons invisibles" selon l'expression de François Bayle.


-> L’école "concrète" de Paris se caractérise par une démarche expérimentale VS. L'école "électronique" de Cologne par une rigueur structurelle.


Entradas relacionadas: